Cours supprimé

Publié le par Lutine

Hier soir arrive enfin le moment de la semaine pour lequel je me réjouie : le cours de danse.

La semaine dernière, nous étions 3 et le professeur nous exprimait sa crainte de voir le cours supprimé, faute d'un nombre d'inscrits suffisant.

Hier soir, nous étions 4 à attendre que débute notre cours. Et au moment où nous rentrons dans la salle, le Directeur de la MJC (Himself !) nous demande de nous rassembler afin qu'il puisse nous entretenir d'un point désagréable.

La nouvelle est tombée un peu comme un couperet, encore qu'on s'y attendait. La veille, c'est le professeur qui était convoqué pour être informé de l'annulation du cours. Pour être rentable, il faudrait qu'on soit 15 par cours.

Avec le professeur, nous avons argumenté dans le sens où rien n'est fait pour attirer les adhérants vers la discipline, d'ailleurs, en un an, le prix de la cotisation a augmenté de 25 euros, alors que les autres activités de danse (jazz, hip-hop, etc...) sont restées au même tarif.

Ajoutez à ça le manque de publicité (qui sait que l'on peut commencer la danse à tout âge ?), la mise en ligne tardive de la plaquette sur le site (au 1er septembre pour un début des activités le 10 septembre), un tirage papier de la plaquette en quantité dérisoire (2500 exemplaires) et non distribuée (disponible uniquement à l'accueil).

Donc voilà, je me retrouvais, de même que mes copines de danse, à  devoir choisir entre me faire rembourser et changer de cours en venant le samedi après-midi.

J'étais d'abord super contre changer, le mercredi en soirée, me paraissant vraiment être le mieux au niveau organisationnel : les filles sont au lit. Le samedi sous-entend la présence de Zhom et comme il bricole beaucoup, et est rarement disponible à l'horaire du cours, je voyais déjà ça comme une mission impossible.

Et j'ai réfléchi. Si je m'arrête là, je ne ferrais rien pour moi. Si je m'arrête là, je passerais encore à côté de la danse. Et puis après tout, je m'occupe des enfants tout le temps, alors Zhom devrait bien pouvoir s'en occuper 2 heures dans la semaine, il bricolera à la maison. Pourtant, je craignais quand même un peu sa réaction dans la mesure où l'horaire n'est pas idéal dans le cas d'invitation (fin du cours à 18 heures).

En rentrant, je lui ai demandé, et il n'a pas eu d'objection (Ouf !), mais je ne sais pas s'il était bien réveillé ;-)

Publié dans Lutine-O-kuB

Commenter cet article

:0095: Maître Po 14/10/2007 14:02

Dis-toi bien qu'en rendant feuille blanche, tu n'étais pas l'ambassadrice de l'abnégation, mais celle de la paix !Quant à ton cours de danse du samedi, c'est bien de poursuivre cette activité qui semble tant te plaire... tu pourras toujours arrêter plus tard ;-þ

Filaplomb 08/10/2007 14:05

Nicolas :   :-))))))Ta décision me semblent  la plus juste !C'est amusant que tu veuilles toujours passer tout avant toi-même !:-))

Lutine 08/10/2007 14:24

L'abnégation, déjà mon prof de maths du lycée me faisait remarquer à quel point j'en étais ambassadrice lorsque je rendais une copie blanche ! ;-)

Fabrice 07/10/2007 23:51

Tiens bon. Si je n'avais pas fait pareil, je ne prendrais toujours pas de cours de chant... Et puis, le chant et la danse, c'est pas mal :-)Biz'danseFabrice

Lutine 08/10/2007 14:23

Ça nous fait un point commun de plus. Avec l emanque de temps pour notre blog ! ;-)Biz'chant

Nicolas J 04/10/2007 17:42

La solution est pourtant simple. Tu nous disais que tu as des souris à la maison.Tu vires ton mari deux heures de temps en temps. Quand le chat n'est pas là, les souris dansent.

Lutine 04/10/2007 17:57

mdr, Nicolas !