Mal-être

Publié le par Lutine

Il y a sur cette Terre, hormis les Lutinettes, une personne que j'aime par dessus tout. Une personne pour qui j'irais au bout du monde si c'était nécessaire et ce sans me poser de question.

Je suis d'accord avec vous, le titre ne colle pas trop au début de cet article.

Cette personne est sans nul doute la seule personne au monde avec qui il m'est impossible de me disputer, avec qui il m'est impossible de me fâcher. Seulement voilà, impossible n'est pas français !!

Alors comment fait-on pour se disputer ou se fâcher avec une telle personne lorsqu'on a le chance de l'avoir dans son entourage.

C'est relativement facile. On l'aime, on ne lui veut pas du bien, mais du meilleur. On le prévient pour qu'il ne fasse pas les mêmes erreurs qu'on a fait soi-même. On lui donne les preuves, tous les renseignements nécessaires et tous les conseils qu'ils demande en prenant bien garde que ceux-ci soient, non seulement exacts, mais soient les meilleurs qu'il puisse trouver.

Et quand, comme moi, on a la faculté de sentir le bouchon de loin, puisqu'au cours de ses dernières années, il m'est arrivé à plusieurs reprises de renifler les coups foireux à 1000 lieues, on le prévient à plusieurs reprises.

Et non, ça ne marche pas avec les numéros du Loto, dommage, merci d'avoir essayé !

Et quand on se rend compte que les conseils n'ont pas été suivi, bien au contraire, on se sent comment ?

Donc voilà, je me rends compte aujourd'hui que je me suis trop impliquée. A trop vouloir son bonheur, je fais mon malheur, parce qu'il m'est actuellement impossible de lui adresser la parole, de le voir. Parce que j'ai trop peur de ce qui adviendra de lui par la suite.

Parce que je sais que la douleur que je ressens actuellement n'est qu'une goutte d'eau par rapport à l'océan d'emmerdes qui pourrait le noyer.

Mais en attendant, je ne sais pas si je dois être triste, déçue, fâchée, appeurée.

Mais ça n'enlève rien à mes sentiments, je continue de l'aimer autant qu'avant, mais avec un gros pincement au coeur et les larmes aux yeux au moment où j'écris ces lignes, qui n'ont aucun sens pour personne mais me permettent de ne pas taire ce que j'ai au fond de moi sans pour autant prendre la tête à qui ne voudrait ni m'écouter, ni me lire.

Publié dans Lutine-O-kuB

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Couillon & Risson 08/09/2006 11:33

Moi aussi je suis mal...
Et avec mes conneries j'ai perdue l'attention de ma plus belle rencontre, d'une amie formidable!C'est un peu trop pour moi, mais j'espère que ce que je fais sera profitable à petite V. et A2.
Merci à tous ceux qui m'ont soutenu.