Marché aux puces - stand de l'école

Publié le par Lutine

Aujourd'hui c'est le Marché aux puces de notre village. Les sapeurs pompiers proposent un repas (paëlla - fromage - café) et les personnes sont invitées à se diriger vers le stand de l'école maternelle pour le dessert.
Il est donc demandé aux parents des enfants scolarisés à l'école maternelle de participer en confectionnant des desserts.

A l'origine, je me suis engagée à fournir un gâteau au chocolat, une tarte aux pommes et des choux à la crème (20). Et puis on s'est rendu compte, avec les maîtresses que le nombre de desserts proposés n'était pas suffisant. Beaucoup de personnes qui ont réservé de repas n'auraient pas de dessert.

Du coup, bonne poire que je suis, je m'engage à fournir le double.

Me voici donc en pleine action lorsque j'entend des mamans devant l'école, se vanter de ne rien faire du tout. Parce qu'elles ne seront pas là dimanche ou qu'elles ne se sentent pas concernées.
Déjà ça m'énerve !

Ensuite, je me rend compte que pendant que je fais les pâtisseries, mes Lutinettes sont livrées à elles-même, zhom étant parti au bol d'or. Lutinette #3 touche à tout et parfois casse ou risque de se faire mal. Donc je lui coure après. Lutinettes #1 & #2 se disputent tout le temps, alors je fais l'arbitre, me fâche, crie. donc le climat à la maison n'est pas serein.

Résultat, je revois mes objectifs à la baisse. Ok, les 2 gâteaux au chocolat ont été livrés hier, je ferrais encore les 2 tartes aux pommes et basta. Parce que c'est bien joli de s'investir pour l'école, mais :
    - vous avez peut-être déjà remarqué que ce sont toujours les mêmes qui participent,
    - quand vous ne faites rien, personne ne vient vous le reprocher personnellement,
    - je refuse de me retrouver avec un mal de crâne et des Lutinettes qui font des bétises ou se font mal ou sont tristes parce que je ne peux pas m'occuper d'elle,
    - j'en suis à 25 euros d'ingrédients et je ne compte pas le travail, mais l'année dernière, la recette était d'environ 370 euros,
    - le merci pour tout ça est rarement à la hauteur des efforts fournis, comme partout,
    - il pleut, la rue est barrée (pour cause de marché aux puces) et je vais donc devoir aller à pied pour déposer mes desserts, tout en faisant attention de ne pas perdre une Lutinette au passage (dur dur !).

Donc je pense qu'à compter de ce jour, je cesserais de m'investir à ce point.

Dommage, parce que mes Lutinettes sont quand même toujours fières d'apporter quelque chose qui a été fait par maman, mais là, maman, elle sature.

Allez, bon dimanche à vous ... quand même.

Commenter cet article

Michel 17/09/2006 23:23

j'adorre la façon tu explique les choses, elles sont claire breve et net, et puis tu y met  tant de bonne volonté, je te l'ais dis je pense une fois des personnes comme toi on en fais plus beaucoup.
Mais c'est bien dommage, que c'est toujour les même qui doivent faire les effort, pendant que d'autre profitent de la même façon, indiferent alors que c'est pour leur enfants aussi.

Lutine 18/09/2006 09:15

Je ne sais pas si c'est ma formation de litteraire pendant laquelle j'étais encouragée à argumenter, décrire, expliquer du mieux que je peux, mais ça me sert plutôt bien au quotidien.J'ai pris l'habitude de toujours expliquer aux Lutinettes pourquoi je faisais telle ou telle chose ou pourquoi je ne voulais pas qu'elles fassent ou aient telle chose.J'ai l'impression que tôt ou tard ça paye. Même si quand un enfant est petit, il ne comprend pas qu'on dise non, plus tard, il se rend compte qu'on l'a respecté en ne se contentant pas de dire non, mais en lui expliquant suffisament les tenants et aboutissants. Et puis dire à un enfant "ne coures pas !" si on ne lui explique pas que c'est parce qu'on est sur un parking de supermarché et qu'il y a toujours des voitures, que c'est dangereux et qu'il risque de se faire renverser et d'être blessé, c'est réducteur et inutile.Et dans la vie de tous les jours, c'est utile aussi. Même avec les adultes. Placer un contexte, argumenter. Il faut juste éviter de trop se justifier. Parce que c'est presque reconnaitre que l'on a tort.Concernant mon implication dans les activités de l'école, je ne prends peut-être pas assez de recul. C'est pour l'école, mon enfant en profite (les élèves en général) et c'est ce qui compte, le résultat, pas le moyen d'y arriver.Je te remercie pour ton commentaire sympatique. Si tu repasses par là, penses à laisser le lien pour ton blog ;-)