7 choses

Publié le par Lutine

J'ai trouvé cette chaîne sur plusieurs blogs et à chaque fin d'article lu, je me sentais soulagée de n'être pas citée pour la continuer. Jusqu'à ce que Sylvaine (Sylvene ?) me tague à son tour.

Ma première réaction est de me dire que non, je ne vais pas m'exécuter, parce que justement, s'il y a des choses que je ne dis pas de moi, c'est justement parce que j'ai pas envie de les dire. Je ne sais pas s'il y a vraiment 7 choses que je peux dire de moi sans taper dans le vraiment perso et le racontable sans risquer de déclencher une émeute.

Après réflexion, je pense être capable, quand même, d'écrire 7 choses.


Règle du jeu  auquel je me plie bien volontiers :

. écrire le règlement,

. dévoiler sur moi 7 choses que vous ne savez pas encore

. taguer 7 autres personnes qui devront également s'y plier en recopiant le règlement et en taguant, à leur tour 7 autres blogueurs (ses).



* Je suis extrèmement rancunière. Je donne sans compter, lorsque j'aime, mais gare à celui qui me trahi. Ma mémoire n'a alors d'égales que ma haine et ma vengeance.

* Je suis extrèmement bordélique. Mais je me soigne à dose de longues voire interminables séances de rangement.

* Je suis capable de déployer une énergie phénoménale lorsque la cause est justifiée et je ne m'arrête qu'une fois l'objectif atteint, voire dépassé.

* J'ai passé une grande partie de ma vie à faire des choses (positives ou négatives) dans le but d'obtenir de l'attention, une preuve d'amour de mon père. J'ai énormément souffert de cette absence de père, même lorsque nous habitions sous le même toit. Il y a presque deux ans, lorsque j'ai compris que je n'obtiendrais jamais le moindre mot sincère et directement sorti de son coeur sans avoir été sollicité, j'ai coupé les ponts, brutalement. Depuis, je souffre moins, je suis soulagée, mais néammoins envieuse lorsque je vois, autour de moi, des relations pères-filles merveilleuses. Parfois même, je me cache pour en pleurer.

* Adolescente, je ressemblais plus à un garçon qu'à une fille, à part mes cheveux longs. J'ai toujours pensé, ressenti, que d'être une fille était une sorte de malédiction. Les moqueries  et remarques désagréables +++ que j'ai reçues, entre autre de mon père, concernant mon "état de fille" m'ont poussé à detester ce que j'étais et j'en garde encore de profondes cicatrices. Plus tard, lorsque je me suis acceptée en fille, je suis passée des habits de garçons à ceux de filles, des Doc Marten's coquées aux chaussures à talons. Je suis tombée dans la collection de chaussures et de sacs à main, dans la folie pour la lingerie fine (et aussi collection). Je ressens un besoin d'être toujours impeccablement coiffée et habillée et de me plonger, chaque matin, dans un voile de crème et un bain de parfum (que je collectionne aussi, bien évidemment).

* Je suis toujours tombée amoureuse d'hommes qui n'étaient jamais là, qui ne sont pas disponibles pour moi. Un joueur de tennis de haut niveau (professionnel), un représentant sur plusieurs départements, un homme habitant à 300 kilomètres de chez moi, un homme travaillant dans la restauration alors que j'avais des horaires de bureau et actuellement Zhom, en déplacement une bonne partie de l'année. Pourtant, j'ai un immense besoin d'attention, de tendresse et il faut bien reconnaitre qu'à distance et par téléphone, c'est très difficile à obtenir voire quasiment impossible. Enfin il paraitrait que c'est lié à ma relation avec mon père. Chouette :-((((

* J'ai un esprit d'équipe très développé. Je considère qu'aucune victoire ne peut être obtenue en travaillant chacun dans son coin. Je mets tout mon coeur et toutes mes forces dans la bataille, même si mes co-équipiers ne sont pas des personnes que j'aime. Mais si c'est mon équipe (au travail comme dans le sport) je m'investi. Pour autant, je ne m'écroule pas en cas de défaite. J'en tire des leçons et de la force pour la suite.

Je ne citerais personne. Que ceux ou celles qui ont envie de suivre le fassent. ;-)

Publié dans Détente

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

:0095: Maître Po 17/06/2007 10:31

Eh bien... pour quelqu'un qui n'avait pas envie de parler d'elle... on sait tout... ou presque ;-)

Lutine 19/06/2007 09:07

Maître Po, tu peux donc imaginer qu'il y a des choses que je garde secrêtes !! ;-)

fab 14/06/2007 22:52

sympa le principe!:-)on apprend des choses...bisesfab

Lutine 16/06/2007 11:27

c'était le but ! ;-)Bises

filaplomb 14/06/2007 15:22

Lucette, elle fait du zpping partout, ce n'est pas une bonne méthode pour être appréciée sur les blogs ! :-)

Lutine 16/06/2007 11:34

Tu as raison Fil, personnellement, je n'apprécie pas la méthode utilisée !!

bdu 14/06/2007 13:40

Bises de Lucette

Lutine 16/06/2007 11:28

J'ai pour principe de ne pas embrasser les gens que je ne connais pas plus que ça.Et je n'irais pas te rendre visite, parce que ce genre de commentaire me laisse froide.Désolée ou pas.

Mumu 14/06/2007 12:41

Très intéressant ce questionnaire qui permet de te dévoiler un peu et de connaître du coup un peu plus en profondeur la Lutine. Merci d'avoir jouer le jeu.Si je peux me permettre une tite analyse sur ton attirance pour des hommes éloignés ou peu disponible, je pense que la relation ou plutôt le manque de relation avec ton père explique tout. Tu as besoin d'amour et de présence d'un homme mais en même temps, tu as sûrement peur d'être abandonnée par lui. Du coup tu as choisis des hommes pas trop là au cas où, comme ça tu t'es pas attachée complètement à eux (à l'exception de Zhom) et moins de risque de souffrir. Peux tu te demander qui était le joueur de tennis pro ?Rancunière, bordélique mais tenace et dynamique, les qualités contrebalancent les défauts ! hihihiJe suis de retour après une début de semaine difficile (décès de mon grand-père) et je repars à l'assaut de ton blog avec envie et bonheur. Gros bisous super Lutine.

Lutine 16/06/2007 11:40

Je suis d'accord avec ton analyse Mumu, c'est d'ailleurs ce qui était sorti de celle du psy que j'avais rencontré il y a 8 ans. Je souhaitais rêgler quelques problèmes me concernant. Cette histoire avec mon père m'a pourri et me pourri la vie à un point que l'on peut difficilement imaginer.Mais j'ai abandonné la thérapie faute de temps et en raison de mon déménagement. Par manque de courage aussi sans doute.Je comprends mieux ton absence. Je t'envoie des bisous et chaudoudoux pour surmonter ta peine.Concernant ta question très personnelle. Oui, tu peux demander, mais non, je ne répondrais pas ;-)